Shenzhen – Guy Delisle

shenzhen500

 

      Aaah quel plaisir de retrouver cette petite silhouette! J’ai enfin réussi à mettre la main sur cette ultime BD de Guy Delisle que je n’avais pas lue! Et ce ne fut pas une mince affaire: quatre longs mois de recherche et d’attente interminables pour, enfin, la tenir dans mes mains. C’est ici la première BD de voyage de l’auteur: nous sommes en 1997, et notre animateur préféré arrive à Shenzhen où il supervisera les travaux d’animation du studio local. La ville est située au sud de la Chine, près de Hong Kong et de Canton, mais est, d’après l’auteur, bien différente de celles-ci. De par la nature des activités qui s’y concentrent (business et affaires), la ville est plutôt un point de passage et de transit, et les rares occidentaux qui s’y rendent n’y restent pas longtemps, limitant ainsi considérablement les possibilités de rencontre. En effet, d’emblée, on ressent l’extrême solitude de Guy Delisle. La ville n’étant pas cosmopolite, tout le monde le reconnait et il ne passe pas inaperçu. La barrière de la langue est aussi un frein important à toute communication et à tout rapprochement. Il y fait donc très peu de vraies rencontres, et les trois mois de son séjour lui paraissent interminables.

Shenzhen 4

 

Shenzhen 2

Shenzhen 3

      Néanmoins, et c’est là que la BD dévoile le charme qui a fait son succès et celui de l’auteur, Delisle nous enseigne ses petites astuces de survie: comment commander le même repas pendant sept jours grâce à un petit bout de papier, comment se débrouiller à vélo, passer des heures à la gym pour tuer le temps… On sent qu’il s’agit du premier carnet de voyage pour l’auteur: il énumère beaucoup d’anecdotes cocasses, tantôt attendrissantes, tantôt amusantes (comme celle de l’homme aux six doigts), et ne manque pas de relever tout ce qu’il croise d’insolite dans ce pays. Le début est un peu hésitant: l’auteur énumère les petits tracas de son quotidien, mais très vite, le contenu prend quand même du sens, pour finir sur une touche émouvante à l’avant-dernière planche.

guy-delisle-self-portrait-chinese-background

      Lorsqu’on a lu ses autres carnets de voyage (à savoir Pyongyang, Chroniques Birmanes et les Chroniques de Jérusalem), ce qui nous frappe dans Shenzhen, c’est que Guy Delisle n’aborde quasiment pas la situation politique de la Chine. L’auteur ne consacre que deux planches à ce sujet parce qu’il avoue ne pas vouloir insister pour en parler. J’avoue avoir été frustrée sur ce point à la fin de la lecture car dans ses autres ouvrages, ce sujet occupait une part assez significative en toile de fond. Mais cette petite frustration a été largement comblée par la profusion d’anecdotes sur le fossé culturel et le mode de vie chinois. Ses réflexions amusantes et son sens aigu de l’observation donnent une vision du lieu et donnent l’impression d’être allé avec lui se perdre dans une Chine, qui, certes, ne doit plus vraiment exister aujourd’hui, mais cela n’enlève rien à la pertinence du témoignage.

      Car, en effet, le grand intérêt de l’ouvrage réside également dans le fait que Guy Delisle nous donne à voir ici la Chine des années 90, alors en plein essor. Et ce développement s’inscrit partout dans l’espace, notamment par les nombreux chantiers qui ne cessent de se multiplier. Comme le remarque finement l’auteur, sur certains chantiers, on construit un étage par jour. Cela en dit déjà beaucoup sur la puissance, à l’époque pourtant naissante, du pays. Guy Delisle souligne, à juste titre, que Shenzhen est, à ce moment, la ville qui connaît le plus fort taux de croissance du monde.

BDQC_Cases_Cliquables_Delisle_CC_2_7

      L’auteur nous parle donc de ce qui l’a frappé là-bas. On découvre que la Chine est un pays très sale, que les cabinets de dentiste sont particuliers, que le studio dans lequel travaille l’auteur est de qualité assez médiocre. En revanche, la nourriture est “le grand plaisir” de son séjour. Enfin, bien qu’il n’aborde pas frontalement la situation politique de la Chine, Guy Delisle évoque quand même l’usage de la peine de mort lorsqu’il tombe sur un grand tableau de visages (des criminels, lui apprend sa traductrice) dont certains sont barrés.

Shenzhen 5

      De nouveau, tout en sachant très bien prendre la mesure des sujets sérieux, Delisle sait nous emmener dans son quotidien grâce à son humour caustique et décapant qui ne manque pas de faire rire le lecteur. Son style d’écriture toujours badin couplé à un dessin un peu gras et sombre équilibrent le récit. Ainsi, même s’il sait nous fait sourire sur ses découvertes, on ressent aussi la monotonie de son quotidien qui le pèse. Il transmet avec beaucoup de talent ses doutes, ses incompréhensions et ses petites péripéties. De toute évidence, cette BD ne donne pas forcément envie de réserver des places pour partir pour Shenzhen, mais est-ce bien le principal? Ses aventures sont drôles, parfois incongrues, mais toujours enrichissantes. Et c’est bien ça le talent, le génie de l’auteur: savoir nous passionner pour son voyage alors que lui-même s’y est ennuyé!

      Cet opus ne fait que confirmer que je suis une grande adepte des récits de voyage. C’est avec dépit que je me rends compte que je viens de terminer la dernière BD de voyage de Guy Delisle que je n’avais pas lue… mais ce sera pour mieux apprécier la prochaine!

      Le blog de l’auteur, c’est ici !

2

Advertisements

2 thoughts on “Shenzhen – Guy Delisle

  1. Chaque récit de Delisle est un véritable petit plaisir ! Comme toi, paradoxallement, ça été son premier carnet de voyage que j’ai découvert en dernier. J’ai tout ce suite tilté à cause du changement de style, mais c’est vraiment intéréssant d’avoir utiliser des crayons gras pour montrer le côté sale de la chine.

    • Oui, Guy Delisle est vraiment mon auteur de BD préféré! Chacune des bédés permet d’en apprendre beaucoup tout en adoptant un ton (faussement) léger et désinvolte. J’ai regardé une interview de lui où il disait que sa femme avait arrêté l’humanitaire, donc sa prochaine BD ne sera pas un travelogue. J’ai hâte de découvrir ce que ce sera néanmoins!
      Merci beaucoup pour le commentaire et la visite! ;)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s